[Accueil] [La tradition familiale] [Georges Turgot, curé] [Origine du nom Turgot] [Généalogie des Turgot]
[Les Tourailles] [Jean de la Fontenelle] [Les blasons] [Adhésion à la Réforme] [Eglise protestante Frênes]
[Faillite d'un commerçant] [Les soldats] [Confesseur de la foi] [les familles alliées] [Liens & questions]

Généalogie sommaire des Turgot


Guillaume TURGOT, fils aîné de Pierre et d'Isabeau du BU, écuyer, seigneur des Tourailles et de la Selle, en Champcerie (Orne) épousa en 1508, Jeanne LE VERRIER («d'argent à la hure de sanglier et de sable défendue de même»), fille de Jean, chevalier, seigneur de Crévecoeur, de Lougé et du Repas, gouverneur de Falaise et sœur du Baron de Vassy. La tradition leur attribue 24 garçons, sans compter les filles, mais seulement les noms de 11 sont connus: Georges (1), Louis (2), Jean (3), Christophe (4), Jacob (5), Antoine (6), Nicolas (7), Gabriel (8), Jacques (9), Jean (10) et Guillaume (11). Ils firent le partage de la succession de leur père, par acte du 10 mars 1542.

1- Georges TURGOT, écuyer, prêtre, curé et seigneur des Tourailles, auteur de la descendance de la Fontenelle.

2- Louis TURGOT, écuyer, chevalier, seigneur des Tourailles (après la mort de Georges), de la Couture (canton de Saint-André, Eure), de Mondeville (canton de Troarn, Calvados), baron de Solliers (canton de Borguébus, Calvados), conseiller au Présidial de Caen, maître des requêtes du duc d'Anjou et d'Alençon, frère du roi. Il épousa le 22.01.1547, Valdrine de TROLLEY, des seigneurs de Saint-Germain et de Saint-Martin, près de Bayeux. Il fit profession de la religion réformée jusqu'à la Saint-Barthélemy (1572). Il décéda en 1589. C'est de Louis Turgot que descend la branche historique des Turgot dont le plus illustre fut Anne-Robert TURGOT, ministre de Louis XVI.

Charles Turgot, prieur de Saint-Victor-les-Mans Charles Turgot, seigneur des Tourailles Marie Turgot épouse de Jean Deshayes Michel-Etienne Turgot, prévôts des marchands de Paris
Charles Turgot Claude Turgot Marie Turgot Michel-E. Turgot

Ce n'est pas le lieu d'écrire l'histoire généalogique de cette famille. Plusieurs ouvrages y ont été consacrés. Disons toutefois, en quelques lignes, que Louis Turgot, eut au moins 12 enfants, dont : 1-Jean Turgot qui suit, 2-Antoine Turgot qui suivra après, 3-Charles, prieur de Saint-Victor-les-Mans, conseiller au Parlement de Rouen en 1585, 4-Georges Turgot, sieur de Mondeville, chanoine et théologal de Coutances, docteur en Sorbonne, 5-Siméon Turgot, avocat général à la Cour des Aides de Rouen, auteur de la branche de Cauvigny, des Planches, des Essars et de la Tillaye, maintenue noble en 1667 et 1700, 6-Louis Turgot, baron de Solliers, lieutenant de la Compagnie des gendarmes du maréchal de Brissac.

L'aîné, Jean Turgot, seigneur des Tourailles, de la Couture et de Mondeville, épousa en 1575, Marguerite de la Lande et fut le père de Claude, conseiller secrétaire du roi en 1610, député de la noblesse aux Etats Généraux de 1622, allié à Elisabeth de Vérigny. Il tua le 7 oct. 1621 à l'hôtellerie des Tourailles, Antoine de Montchrestien de Vatteville qui tentait de soulever les huguenots de Basse-Normandie. Cette circonstance toute fortuite contribua considérablement à l'élévation de sa maison. Il fut l'un des 24 gentilshommes ordinaires de la chambre du roi et reçut le collier de l'Ordre de Saint-Michel. Sa faveur se reporta sur son fils, Jean qui fut également, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel et qui lors de la réduction du nombre des chevaliers, fut un de ceux que le roi tint à conserver. Il laissa de sa femme, Madeleine Puchot des Alleurs, Charles-Claude Turgot, chevalier, seigneur baron des Tourailles et des Londes, en lequel s'éteint la branche des Tourailles. Sa fille unique, Marie-Anne-Thérèse Turgot vendit en 1740 la terre et le château des Tourailles à Jean-Charles-René de Prouverre.

Antoine Turgot, seigneur de Restoudière, second fils de Louis et de Valdrine de Trolley, épousa en 1587, Madeleine Auge du Mont, dont il eut deux fils. Le second, Nicolas Turgot, sieur de Lantheuil, président à mortier au Parlement de Rouen, mourut sans alliance en 1662. L'aîné, Jacques, seigneur de Saint-Clair, conseiller au Parlement de Rouen, maître des requêtes, épousa en 1619, Anne Favier du Boulay, d'où : 1-Jacques Turgot, président au Parlement de Rouen, mort sans alliance en 1684, 2-Antoine Turgot, auteur de la branche de Saint-Clair qui donna des maîtres de requêtes, des conseillers au Parlement et au Grand Conseil, un évêque à Sées, aumônier du roi, et fut maintenue noble en 1669, 3-Dominique Turgot, seigneur de Sousmont, maître des requêtes, conseiller au Grand Conseil, intendant de Touraine, marié en 1665 à Marie-Antoinette Daurat, dont il n'eut qu'un fils : Jacques-Etienne Turgot, maître des requêtes, intendant en Lorraine, allié en 1688 à Marie-Claude Le Pelletier de Sousy. Leurs fils, Michel-Etienne Turgot (1690-1751), marquis de Sousmont, conseiller au Parlement (1711), prévôt des marchands (1729-1740), conseiller d'Etat (1737), entreprit à Paris de grands travaux. Il épousa en 1718 Madeleine-Françoise Martineau qui lui donna : 1-Michel-Jacques Turgot (1719-1773), marquis de Sousmont, maître des requêtes, président à mortier, allié en 1751 à Gabrielle-Elisabeth Galland, sans postérité, 2- Etienne-François Turgot (1721-1788), marquis de Sousmont, chevalier de Malte, gouverneur de Guyanne, père d'Antoine-Michel-Etienne, dit marquis Turgot, allié à Anne-Louise Le Trésor d'Ellon, dont le fils, Louis-Félix-Etienne Turgot (1796-1866) dit marquis Turgot, pair de France en 1832, ministre des Affaires Étrangères, ambassadeur, épousa en 1830 Louise Mouton de Lobau dont il en eut : Jacques-Louis Turgot dit marquis Turgot, marié en 1867 à Tecla de Montaignac, décédé au château de Lantheuil en 1888 sans postérité et avec qui se serait éteint les Turgot. 3-Anne-Robert-Jacques Turgot (1727-1781), baron de l'Aulne, maître des requêtes, intendant du Limousin (1761-1774), secrétaire d'Etat à la Marine, célèbre contrôleur général des Finances et Ministre d'Etat (1774-1776) de Louis XVI, décédé sans alliance.

3-Jean Turgot, 3ème fils de Guillaume et de Jeanne Le Verrier. Ecuyer, sieur de la Ruaudière (Caligny) et de la Selle (Champcerie), lieutenant de la compagnie des gendarmes de M. de Canaples. Il épousa en 1ères noces, Louise de FOLIGNY, veuve de Jacques de Rupierre, seigneur de Ségrie et en 2èmes noces, le 21.02.1552 Louise d’AURAY, dame de la baronnie de Gouvets, fille de Jacques, baron de Saint-Foix. Il eut 4 fils :

>Jean, chevalier, baron de Gouvets et de Boisnantier, marié à Anne d’OUESY, d’où deux filles.
>Jacques, chevalier, sieur de la Selle, épousa Marie BAZIRE, avec qui il eut 11 fils.
>Gabriel, chevalier, sieur de la Ruandière, capitaine de 50 chevau-légers du roi, puis enseigne des gendarmes du maréchal de Boisdauphin, marié à Roberde de SEVESTRE. D’où deux filles.
>Richard, sieur de Loisellière. Sans alliance.

Le 5 octobre 1581, Richard Turgot, réclama tant en son nom qu'en celui de son frère, Gabriel, de Jean, leur frère aîné, leur part dans les meubles de la succession paternelle, dont il s'était emparé sans en faire dresser l'inventaire. Jean déclara que si Richard voulait contrevenir aux arrangements précédents, il réclamerait la terre de la Ruaudière comme prélèvement dans l'héritage de Georges Turgot, leur oncle, décédé le 26 septembre de la même année.

Pour éviter de longs procès, Jean déclara se contenter du fief de la Ruaudière, Jacques s'en tint à celui de la Selle et tous deux abandonnèrent à Richard celui des Tourailles. Louis Turgot et ses enfants ne reconnurent pas, bien entendu, les prétentions de Richard et ces partages furent modifiés par la suite.

4- Christophe, 4ème fils de Guillaume et de Jeanne Le Verrier, sieur de Crèvecoeur, appelé le chevalier des Tourailles, colonel d'un régiment à pied. Il fit campagne en Écosse sous le commandement de d'Andelot, frère de l'amical de Coligny. Il mourut à son retour, à Brest, sans avoir été marié.

5- Jacob, sieur de la Trésoraie, avocat au Parlement de Rouen en 1550, député de la noblesse aux Grands Jours de Bayeux. Sans alliance.

6- Antoine, sieur de la Pelleterie. Sans alliance.

7- Nicolas, sieur du Désert, lieutenant des gendarmes de la compagnie de Monsieur, frère du roi. Il épousa Anne de la MOTTE, dame de Bellière. D'où :

>Nicolas, sieur du Désert et de la Motte-Peley. D'où un fils unique : Jean, seigneur et curé de Maisoncelles-sur-Vire.

8- Gabriel, sieur des Planches et de l'Onfrairie, maître d'hôtel d'Henri II. Il mourut empoisonné à la cours sans avoir été marié.

9- Jacques, sieur des Coutures et du Boisbénard, capitaine de la Marine, puis lieutenant des gendarmes du maréchal de la Mailleraye. Il épousa Gabrielle de VILLIERS. D'où :

>Gabriel, sieur de la Barberie et du Boisbénard, faisant profession de la religion prétendue réformée. Il épousa le 12 août 1582, Marie POISSON, fille de François, sieur du Buisson, et de Charlotte de la RIVIERE, dame du Mesnil. D'où : Jacques, écuyer, sieur du Boisbénard. Sans postérité.
>Louis, écuyer, sieur de la Barberie. Il épousa Marie BERSIN. D'où un fils unique : Gabriel, sieur des Cluses qui épousa le 12 novembre 1658, Elisabeth de BERAUT. Sans postérité connue.

10- Jean, prêtre, curé de Moisoncelles-sur-Vire.

11- Anne, marié à Hue de la ROQUE.

12- Guillaume, 11ème fils de Guillaume et de Jeanne Le Verrier. Prêtre, prieur de la Carneille en 1543, puis abbé du Val, tué aux premiers troubles religieux, en novembre 1562.

 Mise à jour le 14 mars 2002                                                                                                                                                                                


[Accueil] [La tradition familiale] [Georges Turgot, curé] [Origine du nom Turgot] [Généalogie des Turgot]
[Les Tourailles] [Jean de la Fontenelle] [Les blasons] [Adhésion à la Réforme] [Eglise protestante Frênes]
[Faillite d'un commerçant] [Les soldats] [Confesseur de la foi] [les familles alliées] [Liens & questions]